Le retour en France pour les vacances

carte voyage almaty france

Dès notre décision prise de partir en expatriation, il était clair que nous voulions rythmer notre année par 2 retours en France, indispensables à nos yeux : l’été et Noël.

Ma moitié a eu droit à 3 semaines cet été et j’ai décidé de prolonger de deux semaines supplémentaires.

Donc, nous sommes rentrés fin juillet en France avec, comme tout le monde, l’excitation et l’impression que les derniers jours avant les vacances sont interminables.

La problématique du retour en France est double : voir tout le monde sereinement et ne pas trop se réhabituer à la vie française.

Voir tout le monde

Le casse-tête de beaucoup d’expatriés est de satisfaire tout le monde mais aussi d’assouvir sa soif de détente et de “no stress”.

Pour nous, 2 familles aux 2 extrémités de la France (Alsace et Limoges), un groupe d’amis très soudé et les amis répartis un peu partout…

Nous avons fait le choix de commencer en Alsace et avons essayé de voir un maximum de monde en regroupant les lieux. Pari plutôt réussi car sans stress nous avons eu l’impression de profiter des gens. Par contre il faut se dire de suite que les moments sont assez courts et que c’est bon de voir chacun même 2 heures.

Nous avons ensuite continué par Limoges avec un arrêt éclair, histoire de fêter l’anniversaire de petit G, et nous sommes partis pour un week-end de folie avec les copains à Saubrigues dans les Landes avec notre groupe de copains.

Regrouper les personnes en un même lieu, pour une soirée ou un week-end, plutôt qu’individuellement est une des clés pour en profiter sans se sentir trop bousculé et, comme tout le monde est en mode été détente, cela se fait assez naturellement.

L’autre moitié des vacances s’est déroulée tranquillement, à la campagne près de Limoges, ponctuée par des allers-retours en ville ou par des moments entre amis. Cela m’est apparue important de se poser plus d’une semaine au même endroit pour défaire ses valises et se reposer vraiment quitte à ne pas faire tout se qu’on souhaitait, il faut savoir relativiser.

Car le retour en France est aussi évocateur de démarches administratives et rendez-vous médicaux, on se reprend vite en pleine figure les aléas de la méthode bureaucratique et encore, hélas, du tout papier. Mais, avec un peu d’organisation (beaucoup en fait), on arrive à tout gérer avec le sourire et le goût des vacances.

Ne pas se réhabituer à la vie française

Et oui, sitôt foulés les pieds du tarmac français, on se sent chez soi :

  • La langue : et bien c’est la nôtre et ça facilite quand même grandement les choses, on revit car on peut se faire comprendre partout. De ce point de vue là on apprécie beaucoup le retour.
  • La facilité de communication : on remet sa puce dans son téléphone avec son numéro français et on se sent libre d’être en contact immédiatement avec tout le monde, donc on a l’impression d’être proche de chacun. Cette distance physique que l’on ressent à l’étranger et qui nous pèse s’envole et tout devient léger et simple.
  • Le transport : pour l’instant, nous n’avons pas de voiture à Almaty, quand on a récupéré notre voiture en Alsace, c’était l’indépendance et la sensation de pouvoir aller où l’on voulait.
  • La modernité : on ne se rend pas toujours compte en France mais tout est dans l’air du temps, nous avons la chance (que l’on ne voit pas d’ailleurs) d’avoir des infrastructures, des routes en bon état et l’accès à tout très facilement. Franchement c’est un vrai bonheur de redécouvrir cela et pour ça l’expatriation fait relativiser et fait devenir plus reconnaissant et moins plaintif.

On se réhabitue très vite à sa zone de confort et on retrouve ses repères en un temps record, c’est là le danger car toutes ces choses là sont éphémères et, oui ce n’est plus ça notre quotidien, c’est autre chose de différent mais d’intéressant et la France est pour les 3 prochaines années seulement une destination de vacances.

Cela fait bizarre mais on réajuste son sac, on prend une bouffée d’air et on remonte dans l’avion pour poursuivre son aventure. Au fond dans l’expatriation, le plus difficile ce n’est pas de vivre dans un autre pays, on se réhabitue vite dans l’autre sens également, c’est surtout d’être loin des gens qui nous sont chers et qui sont notre socle et notre maison de coeur.

Bonne rentrée à tous

IMG_3137

5 réflexions au sujet de « Le retour en France pour les vacances »

  1. Quel dommage de ne pas vous avoir vu , je viens de regarder l album , Gabriel a tjs sa petite frimousse et a l air d avoir grandi , heureuse de le suivre ( un peu ) comme ça , cordialement Marie

  2. Oui dommage de ne pas avoir pu vous voir… mais en même temps 5 semaines c’est court pour pouvoir profiter de la famille, des amis et de quelques jours de vraies vacances ! Peut-être à noël ? juste une petite heure ou deux ? si l’emploi du temps le permet.
    Les photos nous montrent un petit Gabriel en pleine forme et les parents n’ont pas l’air mal non plus !
    Pensée amicale de Limoges.
    Bises

    • Merci pour ton message, je pense bien à vous tous souvent. J’essaierai de me rattraper en décembre où je serai davantage sur Limoges. Bises

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *